Kaskinen

IMAG0549-403263150.jpgSur ces 103 km, il y avait eu hier un beau soleil, mais si j'ai depuis Oulu mon petit short en stretch, je garde foulard enroulé à double tour autour du cou, polo et le coupe- vent en GoreTex. Un finnois suédophone m'a dit: "geese become nervous" en observant dans le ciel des oies qui simuleraient déjà leur rassemblement avant la migration vers le sud, ce qui augurerait d'un hiver précoce et rigoureux. De grosses libellules m'ont accompagné. Un renardeau à terminé son existence au bord de la route. Depuis Oulu tous est bilingue. Pour les alsaciens le suédois semble assez familier. Ci dessous un exemple. Le campsite manager m'a reconnu et puisque j'ai juste fait 2000 km pile poil en rentrant dans son camping, il m'a offert les cornes d'un cerf blanc qu'il a chassé lui même avec son blason en bois. C'est magnifique. Toute l'après midi où il faisait 17 degrés au soleil j'ai été x-fois dépassé, croisé par le marchand de glaces qui prenait le moindre des chemins de terre des à-côtés et des privat vägen en faisant hurler dans ses haut-parleurs les six notes de Villa Lobos ou de Granados, si-la-sol-fa si-la qui sont en France souvent la sonnerie des téléphones portables. Vers 19:30 on voit monter de partout dans le paysage et entre les sapins des fumées blanches ou jaune paille si le feu doit être lancé avec des écorces de bouleau: c'est l'heure du sauna, et comme le sauna est toujours dans une baraque à côté de la maison, au bas du jardin ou au bord du lac, on voit les gens s'y rendre avec juste un drap de bain sur les épaules ou noué à la taille. Avec ces exposés du soir, je me demande quand arrive dans ces pays l'heure où l'on se permet de jeter le regard concupiscent?

Aujourd'hui je vais sur Pori et si j'ai le courage ça fera 125 km. Mais il a toujours le vent du sud. Comme j'ai été champion universitaire sur les lacs de Dieuze en Lorraine, je peux affirmer que quand j'ai eu sur de longs morceaux de ligne droite le vent venant de tribord avant, au près, j'ai bénéficié d'un effet de poussée comme sur un voilier et j'ai pu rouler à 27 km/h. Comme je descends verticalement depuis Oulu, ~~500 km, j'ai eu le temps d'analyser. J'avais en effet très consciemment choisi le trio de sacoches Ortlieb en me souhaitant un effet aérodynamique. À mon avis non seulement ils doivent réduire la traînée mais en plus celles du bas doivent me procurer un effet de poussée par accélération des flux comme dans le venturi des carburateurs des automobiles d'avant guerre.

Le Kalevala est le grand mythe finlandais.

Les moments du sauna sont courts et la partie terminée j'en profite pour y faire sécher mon linge que je lave en machine (gratuite y compris la poudre en Finlande et généralement en Suède. Dans le sas de décompression de tout sauna il y a toujours un décapsuleur attaché à un fil. Il faut voir les litres de bière que boivent hommes et femmes après la suée. Pas étonnant que les finlandais ressemblent à des saucissons, sauf dans la partie suédophone où les gens sont plutôt grands et élancés, et beaux.
IMAG0555-1111871054.jpgIMAG0550465725917.jpgIMAG05541967091101.jpgIMAG0558689156114.jpg

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet