Überseehafen Rostock

20130816_004254-1806117845.jpgUn petit jeune de Rostock qui a pris le ferry avec moi à Helsinki, rentre juste de 2 ans de voyage avec un aller-retour Rostock-l'Australie en passant par la Turquie,  l'Iran,  l'Inde,  la Chine, la Mongolie, la Sibérie, la Russie,  la Finlande. Je pensais ne plus remonter au dessus du Cercle Polaire l'été 2014, mais ce petit jeune m'a montré que les limites ne sont qu'une représentation mentale avec laquelle il faut s'arranger.

20130816_005107-11677964465.jpgA partager notre cabine, il y avait un autre petit jeune, Piotr, qui a les nationalités russe et allemande et qui est tout autant DJ que ingénieur du son prestataire pour des groupes et pour la plus grosse boîte de nuit de Berlin qui a une réputation mondiale. Le Berghain est un célèbre club techno de Berlin, qualifié de « probablement le meilleur night-club du monde » et classé en tête du Top 100 des clubs par "DJ Mag".

Pendant ces 2 jours de traversée, tous 3 nous n'avons pas refait le monde, nous avons bavardé. S'était joint à notre table un pittoresque suisse-brésilien. Il voyage avec une moto Ducati desmodromique, préparée par AMG qui a 170 cv et dont il n'y a que 350 exemplaires numérotés et signés. Il n'a qu'un petit sac à dos et cette nuit il est parti pour Zurich avec l'intention de faire du 250 km/h et les 1060 kilomètres en une seule étape.

A Rostock, je suis déjà dans les pays méditerranéens où les gens parlent fort au restaurant de mon hôtel, d'une table à l'autre, ou encore plus fort avec le handy, proportionnellement à la distance qu'ils estiment avoir des autres. Et dans leur surdité, ils disposent juste de la finesse de se savoir loin des autres, mais je pense plutôt qu'ils sont juste capables d'exprimer leur "moi-je", cette unique façon de se définir. Une femme à une table n'arrête pas de dire "Genießen! Genießen! " en rallongeant le "ie" comme si tout le restaurant devait se soumettre à son injonction de devoir "Apprécier! Apprecier!".

En Finlande, mais surtout au nord en Suède et en Norvege, il n'y a jamais non plus de musique dans les lieux publics. Chacun a droit à sa bulle. Mais depuis sa bulle on sait entendre les autres, les yeux grands ouverts sur votre intention et capacité à discuter. On veut être là, à vous, quand on s'adresse à vous. Le regard ne dévie jamais. Dans ces pays j'apprends depuis 3 ans à regarder droit dans les yeux quand je parle. Je ne suis pourtant pas un faux-fuyant et en plus je suis donc aussi artiste-peintre, mais ceci ne suffit pas pour tenir son regard nordique.

A partir de Rostock, je rentre dans ces pays où on laisse traîner sur la table les couverts après avoir mangé. L'effacage de ses traces sur son lieu de rassasion est délaissé à des mains plus petites que les siennes, et ceci est une norme dans nos pays méditerranéens. Le service à sa propre personne est vidé chez nous de son élégance.
-----------
Un de mes anciens étudiants de la Grande École de Management de Strasbourg vient de s'expatrier définitivement avec sa femme à Helsinki il y a 5 jours, mais c'était trop court pour que l'on se rencontre. Dommage pour moi. Rdvz est pris pour juillet 2014.

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet