Longueur de la bôme d'un recumbent

20130812_131958-1914420496.jpg

2013-08-12_12.31.03-203122509.pngDepuis quelques jours j'ai rallongé deux fois la bôme.  Ce qui était valable au début du voyage avec la nouvelle bôme, a fini par ne plus l'être.  Cette bôme m'avait été livrée par BuSvelomo la veille de l'embarquement pour Helsinki. Le directeur de BuSvelomo était spécialement venu de Berlin à Rostock. Elle est faite dans un alu 7000 plus rigide, mais l'inclinaison verticale est encore un peu plus prononcée à ma demande. Au départ de mon voyage j'avais gardé la longueur de l'ancienne bôme,  et c'était bon. En extension la jambe marquait un plus grand angle pour ne pas tirer sur les tendons des creux poplités derrière le genou. Mais au cours du voyage je m'étonnais de plus en plus qu'à la moindre des montées mon genou donnait la sensation d'éclater,  si bien qu'il me fallait mettre une vitesse bien inférieure et que je n'avais qu'une marge minimale par vitesse.  Avec le rallongement la jambe en extension est quasiment plate, je gagne en effort, je gagne énormément en élasticité et je peux pousser très fort et longtemps sans avoir l'impression que le genou éclate.  Évidemment un recumbent avec la boîte Pinion est un prototype.  Je suis le seul français à avoir ceci et il y a 8 allemands qui en sont équipés.  Évidemment,  si j'avais eu la version définitive de la bôme suffisamment à l'avance avant mon départ,  j'aurais pu parfaire le réglage. J'avais associé mon faible rendement à mon âge et aussi aux nouveaux médicaments, ce qui est en partie vrai, mais je vois que je peux encore gagner en efficacité, alors que j'ai fait avec ce trike depuis l'acquisition début juin 2012 pas moins de 7419 kilomètres. Tout ceci prouve que le réglage d'un recumbent est une chose très délicate et qui s'éprouve sur des milliers de kilomètres.  Avec un tel réglage je suis sûr que le plateau de 24 associé au pignon de 28 suffit, même pour la ville de Tromsø. Et j'envisage même une quatrième expédition arctique pour l'été 2014 car avec le rallongement de la bôme j'ai nettement repoussé mes limites.

Partage

Commentaires

1. Le 12. août 2013, 12h38 par Randonneur

Excellente perspective et bonne nouvelle qui me conforte dans ma recherche d'un régime d'effort, mis au point attentivement, que je pourrai esperer tenir pendant encore une bonne dizaine d'années après mon futur passage au trike lorsque le budget nécéssaire sera bouclé.
Encore merci.

2. Le 12. août 2013, 18h36 par hussinetz

Je viens de lire sur le forum allemand des vélos couchés qu'il faut au moins 1500 km pour umbauen le corps (transformer), c'est à dire le coeur,  veines et artères,  respiration.  Mais ça je le savais. Chez moi il avait fallu l'année dernière 2500 km, et 5000 pour avoir une réelle sensation de confort. Ce qui est implicite, mais je n'y avais pas vraiment pensé,  est qu'il faut 3 fois plus,  1500 km x 3, pour transformer tendons et articulations.  Donc ma réflexion de ce matin,  sur un réglage initial de la bôme n'était que juste. En effet, la bôme plus avancée demande une jambe en extension plus plate et des tendons du dessous qui s'allongent. En plus les tendons du dessous doivent s'épaissir, car la jambe apprend à tirer les pédales au retour à chaque tour,  pour avoir un effort "rond".

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet