"Ansikte mot Ansikte - Deux visages, l'un vers l'autre" de Tomas Tranströmer

I februari stod levandet still.
Fåglarna flög inte gärna och själen
skavde mot landskapet så som en båt
skaver mot bryggan den ligger förtöjd vid.

Träden stod vända med ryggen hitåt.
Snödjupet mättes av döda strån.
Fotspåren åldrades ute på skaren.
Under en pressenning tynade språket.

En dag kom någonting fram till fönstret.
Arbetet stannade av, jag såg upp.
Färgerna brann. Allt vände sig om.
Marken och jag tog ett språng mot varann.

 

 

En février tout ce qui vit était à l'arrêt.
Les oiseaux volaient sans envie
et l'âme s'égratignait contre le paysage
comme un bateau amarré qui frottait au pont.

L'arbre tournait le dos.
La profondeur de la neige mesurée avec une tige morte.
Le pas vieilli sur la croute gelée.
Sous une bâche le langage fané.

Un jour quelque chose est venu par la fenêtre.
Le travail cessa, je levais les yeux.
Les couleurs brûlaient. Tout avait viré.
Le sol et moi firent un bond l'un vers l'autre.

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet