"Paret - Le couple" de Tomas Tranströmer

De släcker lampan och dess vita kupa skimrar
ett ögonblick innan den löses upp
som en tablett i ett glas mörker. Sedan lyftas.
Hotellets väggar skjuter upp i himmelsmörkret.

Kärlekens rörelser har mojnat och de sover
men deras hemligaste tankar möts
som när två färger möts och flyter i varann
på det våta papperet i en skolpojksmålning.

Det är mörkt och tyst. Men staden har ryckt närmare
i natt. Med släckta fönster. Husen kom.
De står i hopträngd väntan mycket nära,
en folkmassa med uttryckslösa ansikten.

 

 

Vous repérez déjà les mots  Lampan - la lampe, vita kupa skimrar - la coupole blanche qui scintille, ögonblick - clin d'oeil, puis toutes les variantes avec mörkt - sombre, ensuite färger - les couleurs, tyst - silence, fönster - fenêtre, hus - maison, ansikten - le visage, uttryckytlös - inexpressif, mais aussi le champs sémantique avec lös upp ou lyft ou flyter ou skjuter upp ou släcker ou mojnat qui signifient fuir, disparaître, éteindre, et peut-être apaisé. Je n'ai pas mis ici ces verbes à l'infinitif.

 

 

Voici ma traduction de "Paret" >>>

"Ils éteignent la lampe et sa couleur blanche scintille
un court instant avant de se fondre vers le haut
comme une tablette effervescente dans un verre sombre. Et elle a disparu.
Les chemins de l'hôtel montent vers le sombre du ciel.

Les mouvements d'amour ont disparu. Ils dorment
mais leurs plus secrètes des pensées se confondent
un peu comme deux couleurs se rencontrent et coulent l'une dans l'autre
comme sur le papier humide d'une peinture d'écolier.

Il fait sombre. Le silence. Mais la ville s'était approchée
dans la nuit. Avec des fenêtres fermées. Les maisons venaient.
Une foule entassée attendait tout près
avec des visages sans expressions."

----------


Ce poème de Tomas Tranströmer se trouve dans son recueil "Den halv färdiga himlen - Le ciel à moitié terminé" de 1962.

 

Jai trouvé dans expressen.se une analyse de Victor Malm sur Tomas Tranströmer >>>

"Tomas Tranströmer kallas ofta för metaforernas mästare.

Som en brygga mellan två platser i verkligheten är metaforen när den är som bäst. Plötsligt får man syn på något som aldrig tidigare varit i världen, det är ingen bild och det är inte kunskap – det är, i ordets mest bokstavliga mening, skapande. Något nytt träder fram i det verkliga, vidgar tanken, säger: det ryms mer. Om det är något Tomas Tranströmer har lärt mig är det att livet rymmer mer.

Je vous traduis >>> "Tomas Tranströmer est souvent appelé 'le maître de la métaphore'.

Comme un pont entre deux places dans la réalité, la métaphore y trouve sa meilleure place.

Soudain nous avons une vision de quelque chose qui n'a pas existé auparavant de par le monde, ce n'est ni une image ni une connaissance - c'est de la création, au sens le plus littéral du terme. Quelque chose de nouveau devient réalité, la pensée s'élargit, cela prend plus de place. Si Tomas Tranströmer m'a appris quelque chose, c'est que la vie contient plus."

 

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet