à Lautenthal au coeur du pays minier de la Harz je parle toujours suédois

Dans l'hôtel à Lautenthal près de Salzgitter il n'y a que des statues très anciennes en bois venant d'Indonésie.

Et comme quotidiennement, la douce chaîne du destin m'enlace encore de son châle.

A l'hôtel il n'y a que moi et... des danois avec lesquels j'ai discuté en suédois et eux en danois.

Depuis 7 ans j'ai surtout été animé par les multiples accents et langues norvégiennes (le bokmål et le nynorsk, le kväni dans la Nordkapp Kommuna), les diverses langues suédoises régionales, le suédois très articulé de la Finlande suédophone et les variantes lapones du scandinave en Finlande, Suède et Norvège.

Je crois avoir compris qui ploie mon destin de cette manière aussi sûrement et dans cet ordre cet été, en dehors de l'oie de Nils Holgersson: c'est ma mémé danoise Marie Sievers de Tellingstedt du Ditmarschen, région qui avait été annexée par le Kaiser Wilhelm II. . 

Jusqu'à présent c'était toute ma vie ma mémé maternelle Germaine Lutz qui m'avait sorti de tous les mauvais sorts, encore récemment. Elle était née en 1900.

Mais depuis cet été  Marie Sievers me ramène en Scandinavie. Comme jeune fille elle était politiquement active et était dans le Komitee pour le retour sous la couronne danoise. Mais toute l'Europe avait été lâche et n'était pas intervenue contre le Kaiser.   

Déjà à Aberdeen en 2008, en Écosse quand je me sentais être un Highlander avec ma Hotchkiss de 1925, c'était Marie Sievers qui était aux commandes. En effet, lors de la "Potato-Famine", la famille Sievers a émigré au Danemark au lieu d'aller comme les autres Écossais et Irlandais en Amérique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais ce n'est pas tout.

Dans mon voyage à l'aveuglette de cet été 2017, si je tombe avec booking.com sur cet Historisches Hotel à Lautenthal dans la Harz ce n'est de nouveau pas un hasard, det finns ingen tillfällighet, det är bara ödet - il n'y a pas de hasard, ce n'est que le destin.

Mon grand-père né en 1879 avait été dans la Kaiserliche Marine, comme l'Alsace avait été occupée par les Allemands de 1870 à 1918. Et justement il a fait des campagnes im Pazifischen Ozean aussi en Indonésie avec le SMS Planet. "SMS Planet" signifie "Segel-Motor-Schiff Planet" car ce navire océanographique (das Vermessungsschiff - le navire des mesures cartographiques océaniques) avait des voiles et une chaudière à vapeur qui actionnait une hélice. Il existe toujours sur les cartes maritimes la Fosse du Planet découverte par l'équipage dans laquelle était mon grand-père. Cette fosse a toujours ce nom, puisque le SMS Planet en est l'inventeur. Elle se trouve à gauche de l'Indonésie.

Toute mon enfance, mon grand-père me montrait, assis sur ses genoux, ses énormes albums photographiques où il y avait de beaux navires, les derniers canibales et aussi les indigènes nus et dans les paillotes. C'était absolument inouï ces photos expliquées par mon grand-père qui ne parlait que l'allemand. Mon grand-père était au Japon sous l'ère du Meiji, en Chine pour la "Guerre des Boxers", dans les Îles Samoa, les Fidschi, et dans les "Großvater-Inseln / Iles du grand-père" comme disent les allemands en parlant de toutes leurs possessions dans le Pacifique Sud qu'ils ont toutes perdues.

Partage