12 heures avant appareillage pour Helsinki - Tribulations

C'est l'horreur absolue d'une grande ville moderne comme Lübeck. Bruits, puanteurs, circulation, piétinement, les hauts-parleurs qui hurlent dans les restaurants. A midi j'ai demandé dans un restaurant si je pouvais utiliser la seule table qui restait. Bien sûr j'ai pu. Elle avait 4 places. 5 minutes après 3 spuntzes ont commencé à s'assoir à ma table tout en me demandant s'ils le pouvaient. Je leur ai dit que je n'ai pas envie d'être témoin de leur conversation. Je me suis fait insulter. Je leur ai répondu que quand la Deutsche Bank sera d'ici peu en faillite et en règlement  judiciaire ils seront plus modestes.

Pour aller à Travemünde il faut prendre un bac pour traverser le port à Priwall. Priwall est le premier endroit d'Allemagne qui a eu un bac.

Heureusement il y a eu les drapeaux suédois d'une harmonie de Trelleborg, et ça m'a calmé, même s'ils jouaient faux.

Bon, maintenant je retourne au port de Travemünde même si le guichet du check-in de la Finnlines n'ouvre que dans 6 heures. Il me faut fuir la civilisation et l'arrogance oppressante. Le terminal de Rostock ou de Lübeck-Travemünde, de Helsinki, de Trelleborg, de Malmö n'est qu'une installation pour poulets de batterie. Rien à voir, attendez, circulez.

J'espère être arrivé à Helsinki avant Poutine et Trump, mais la Finnlines nous a prévenus par mail qu'il y aura des soldats suédois et finlandais à bord et que la Baltique sera très surveillée par air, mer et sous-marins.

------------

Avec le théâtre de pleinair montrant depuis 1959 chaque fois un autre épisode du Pirate de la Baltique Stoertebeker du 14ème siècle, le Land du Mecklembourg-Poméranie antérieure montre aussi en plei-nair des épisodes tout autant inépuisables de Old Shatterhand ou de Winnetou des romans de Karl May.  L'épisode de cette année est appelé "Das Geheimnis der Felsenburg - Le mystère du château de pierres".

Mon grand père recevait aussi il y a 50 ans en plus tous les mois des épisodes en allemand de Karl May du format du Readers' Digest qui nous apprenaient tout autant à vivre correctement du bon côté du Rideau de Fer. En même temps arrivaient par la poste tous les mois aussi les épisodes au même format "Rauchende Colts - Les colts fumants". Ainsi même en Alsace les enfants savaient dès leurs plus jeunes âges ce qui était bon pour notre formation sociale et politique avec tous ces modèles. Et le regard bleu du grand père était lumineux. Il savait où il allait, et j'étais rassuré. Les russes à 250 kilomètres de Strasbourg étaient les mauvais.

Ça y est, ça parle finnois de partout au terminal. Je suis rassuré et je me sens bientôt en vacances.

C'est fascinant tous ces camions. L'Europe échange et consomme. Nous éprouvons un grand sentiment de liberté et de réussite.

Les camionneurs russes se compressent au Traveller Shop und Weincontor, et achètent par caddies pleins alcool et bières. Comme pour toutes les traversées ils seront bourrés très vite et étalés sur les decks et les coursives pour décuver. Ils n'ont jamais le vin triste ou méchant, car ils sont immédiatement dans un état précomateux.

J'ai vu un cycliste en partance pour Malmö.

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet