Huseby Bruk

Je sui à Huseby Bruk.

Aujourd'hui j'ai roulé sur plus de 200 kilomètres sur la route que j'avais prise en 2011 et 2016 à vélo en revenant de Stockholm ou en y allant. A chaque fois que je prends une de mes anciennes  routes à vélo je me dis que ce n'est pas possible, mais je m'attends tout de même à me rencontrer moi-même sur la route par ci par là. Ce n'est pas idiot comme idée puisque j'ai du mal à m'imaginer que j'avais bien fait tout ceci, que j'en avais été capable à vélo, mais je me le remémore. Alors à de tels points de confusion des consciences, à de tels moments on sent bien que l'on est plusieurs personnes à la foi. Et c'est de loin plus qu'un simple dédoublement de la personnalité. D'ailleurs je sais depuis plusieurs décades que mon corps et mon esprit ne vivent pas la même histoire sans pour autant se désagréger l'un l'autre. Ils sont toujours étonnés de coexister, mais l'esprit au moins sait que je ne peux vivre dans le corps d'un autre. Il y a un lien essentiel, mais que je n'ai toujours pas compris.

Vous voyez, il n'est pas utile de voir le film "Persona" d'Ingmar Bergman, il suffit d'avoir fait du vélo.

Voyager en Suède purifie l'odorat. Je crois bien que c'est la première fois que je sente la pomme ou la poire juste en passant à côté de pommiers ou de poiriers.

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet