Carmen de Georges Bizet - Posper Mérimée nettoie l'Allemagne, terre blafarde

C'est trop drôle pour que je me taise. Erfurt est une ville amusante.

Vous pouvez cliquer sur cette photo ci-dessus pour voir la vidéo.

Comme décors le scénographe a entassé sur les 70 marches de la cathédrale d'Erfurt 40 carcasses d'automobiles, 4 carcasses de caravanes, 200 tonnes de ferraille et une centaine de sacs-poubelle en plastique et pleins, que le chœur des enfants et les figurants jettent régulièrement en l'air. Ils semblent être solidement ficelés, les ordures ménagères ne se répandent pas sur le public.

Le scénographe finaud avait d'emblée identifié dans l'opéra de Bizet "Car men" qu'il avait associé de manière hautement inspirée au rôle de Mercédès, une bohémienne.

Ce scénographe suisse Guy Montavon et intendant du théâtre d'Erfurt avait voulu selon la presse se distancier du cliché romantique des tziganes (Klischee der Zigeunerromantik) pour montrer leur exceptionnel combat pour la survie. Domplatz = Schrottplatz / Place de la Cathédrale = Casse automobile selon les journaux locaux.

.

Ce n'est écrit nulle part, mais vu de mon regard d'étranger, je pense que c'est pour Montavon une façon de sensibiliser au 1,5 million de migrants que l'Allemagne a accueillis depuis 2015 en provenance de Syrie, d'Afghanistan, du Pakistan mais aussi de Somalie, d'Éthiopie et de l'Afrique noire. Je vous le jure, à chaque traversée de l'Allemagne par les petites routes j'en vois en guenilles et qui d'un coup sortent d'un bois avec un baluchon.

C'est ici que Luther a été ordonné prêtre.

Ceci devait être dur d'arrimer en toute sécurité ces carcasses sur ce grand escalier bien en pente sans risque pour les figurants et le public. En fait, elles ont été soudées entre elles.

Lors de l'ouverture célèbre de Carmen un pick-up VW cabossé circulait en klaxonnant pour faire plus vrai avec des figurants sur ce plateau mobile. On croyait voire un pick-up de DAECH (acronyme de l'état islamique) en action en Syrie.

Ce chaos d'un casse automobile glissant avec fracas d'orchestre démesuré comme une coulée de boue sur ce qui est un des fondements et socle de la nation allemande symbolise aussi à mon sens le chaos actuel de la société allemande. En effet cet accueil des 1,5 million de migrants, dont le côté 100% humanitaire dans une société allemande vieillissante avec un taux de fécondité nécessaire largement inférieur au renouvellement générationnel reste à prouver, a conduit le pays dans un chaos politique très nauséabond avec 93 députés fascistes AfD au parlement fédéral à Berlin, le Bundestag. De plus la Deutsche Bank, la banque qui a la plus grande somme bilanaire du monde (die Bilanzsumme) est techniquement en faillite depuis l'année Lehman-2008 et de manière quasi-officielle depuis janvier 2018. Idem pour la Kommerzbank qui va être virée hors du DAX en septembre.

Est ce que Don José Navarro, le bandit en cavale, est un migrant en caleçon de bain et avec un peignoir totalement encrotté?

La nouvelle de Prosper Mérimée sert à Erfurt à faire du nettoyage dans les deux Allemagnes réunies mais pas encore bien collées ensemble. Carmen sert ici à Erfurt à ce que la grande Allemagne ne se reconstruise pas de nouveaux trous de mémoire.

Enfin, pour siffloter ses gentils petits airs de Carmen que l'on traîne dans sa bagagerie depuis son enfance, c'est foutu.

Mais rassurez-vous le Conservateur historique de la ville d'Erfurt a fait prendre toutes les mesures pour protéger les 70 marches de la cathédrale. Allemagne, terre blafarde est encore sauvée pour une fois.

Video, auf dieses Bild klicken ! >>>

Toute l'intrigue de la séduction maléfique de Carmen, la bohémienne cigarière, est passée sous le capot d'une épave automobile du décors.

Allemagne, terre blafarde de Rainer Werner Fassbinder.

A Erfurt il y a les Archives concernant la Stasi du régime dictatorial de la RDA pour le région d'Erfurt et que toute personne peut consulter.

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet