till Sauvo

Aujourd'hui j'ai de nouveau 87 kilomètres... à 23,2 de moyenne et malgré la cariole de 26kg et le paysage de montagnes russes, 2 à 4° de température la moitié du tronçon. Dénivelé cumulé dans les 800 mètres.

La carriole de 26 kilos avec ses deux accus et deux chargeurs et la garde-robe d'hiver est absolument neutre et silencieuse au roulage. Aujourd'hui j'ai fait une pointe à 62 km/h dans une descente toute droite avec une remontée toute droite au bout. Les montagnes russes font aussi partie du paysage finlandais et le col le plus haut est à 596 mètres au bout de la Finlande avant Kilpisjärvi quand on entre en Norvège pour aller à Tromsø.

Les habits: pour le pantalon, je suis passé hier au pantalon d'hiver de x-bionic. Je n'ai pas encore endossé de finette en mérinos. J'ai une chemise longue, un pull fin wind-stopper de Millet, et une veste de pluie et d'hiver hyper-légère de la marque Bergans of Norway. Elle est meilleure que du goretex, et SURTOUT elle est breathable sous la pluie ce que le goretex n'est pas du tout. Et des gants. La veste polaire sert à garder les deux autres accus au chaud. J'ai donc de la marge, mais selon la météo la température ne descendrait pas sous zéro. L'amplitude thermique entre nuit et jour ensoleillé est minimale et vacille entre 0/1 et 4/6. Il a même fait 7° et j'ai enlevé les gants car j'avais trop chaud.

Ce matin il y a un beau brouillard, mais depuis le début de mon voyage je roule avec casque et gilet jaune, ce que je n'ai jamais fait auparavant. Ça doit être un fond d'homme cuirassé qui revient pour faire le Kalevala de Elias Lönnrot d'origine suédophone. Il est, au même titre que Mikael Agricola, le second père du finnois écrit. J'étais sur sa tombe à Sammatti en rentrant d'une de mes 6 expéditions arctiques à vélo à traction animale il y a 4 ans.

Le départ dans le brouillard de ce matin est du niveau du Kalevala. Dans le Nord, en Finlande, on "fait son Kalevala" ce qui correspond sous nos latitudes à nous à un mix entre "faire son chemin de Damas et sa route de Santiago de Compostela". Une purification par l'épreuve, la persévérance et la libération de son esprit. Bon, à vélo, même avec ma tronçonneuse Husqvarna ça marche aussi très bien.

Ces objets servent à relever le niveau du jardin.

Et là, après seulement 32 kilometres je me suis arrêté à un grilli pour manger ma grilli makkara.  Ce matin je me suis déjà tapé un plat de nouilles.

La surface de vente est minuscule, et 3 tables, ça doit suffire pour la mémé au grill.

Et ci-contre vous avez en un tableau aussi les extrêmes de la beauté comportementale finlandaise: la machine à sous et le tango. En Finlande vous avez strictement partout des machines à sous, même derrière des balais  quand il n'y a pas ailleurs une source de courant.  Et les gens, tristes, morbides, le visage congelé pressent les boutons sans entrain comme s'ils se grattaient juste l'oreille car ils pourraient peut-être s'imaginer qu'une mouche la regarde. Je me demande si au nombre de machines à sous on peut mesurer le degré d'une population ou l'IDH, l'indice du bonheur humain.

La Finlande est le DEUXIÈME  pays au monde où l'on danse le tango. Ici la retransmission du concours de tango. Que des finlandais, mais, vu le grand gabarit, ils sont de souche suédoise. Ils sont grands et ne tentent pas comme en Laponie d'être des cervelas séducteurs, petits, gros, avec des hanches à gros plis et le nez pointé en l'air, car il ne faut pas regarder le meufe dans les yeux quand on danse le tango. Ça ôterait tout le charme.

Si les corps de ferme sont en bois peint en rouge de Falun, c'est la culture suédoise et suédophone qui domine.

Cette région à l'extrémité sud de la Finlande et autour de Turku ou Åbo en suédois est appelée Skärgården ou Archipelago. Nous voyons ici comme les glaciers du quaternaire ont limé la roche. Depuis la fonte des glaciers les petites îles remontent de.... 2 Cm par an!!! Le site de des Skärgården

.

.

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet