Gotlands kulturhistoriskt museet 1

 

Me voilà donc en face de l'anthropisation du paysage qui a commencé avec les temps préhistoriques.

Nous voyons donc comment l'Homme s'est parlé à lui-même, à ses descendants et aux dieux et comment il a cultivé son espace naturel, matériel et spirituel,
comment il s'est organisé autour de la guerre, de la paix, de la santé, de l'indigence et de la prospérité, de son groupe social et des autres civilisations allant jusqu'à Bagdad, Samarcande, Tachkent, Oulan-Bator.

Du côté des terres les limites des Vikings ont été la Chine, l'Inde. Le nom de Russie est un mot attribué par les Vikings.
Sur Gotland ont été trouvés des dizaines et des dizaines de milliers de pièces de monnaie en argent et d'autres bijoux et parures venant de civilisations lointaines.
Et ils avaient emmené dans leurs drakkars avec eux leur industrie pour progresser sur les terres lointaines.

Pour que ces Vikings soient revenus sur Gotland, il fallait qu'ils soient dotés d'une intelligence extrême
pour s'orienter, coopérer sans se faire exterminer par les peuples et puissances étranges et étrangères,
et croire en une prospective de l'Homme dans l'espace, dans le temps et dans toutes les représentations mentales que les hommes se font d'eux-mêmes.
Car avant et après tout déplacement et décalage ce n'est que les représentations mentales, le parlêtre, la Weltanschauung, le behaviour et la Gestalt qui font ce que l'Homme est
à chaque moment donné et le fil de sa discussion est tout autant fait de continuité que de rupture.

Moi qui ai une affinité élective pour les Lapons qui sont une nation qui n'a jamais réclamé de territoire ni fait de guerre,
je reste stupéfait par cette capacité de l'Homme à se mobiliser pour quelque chose qui dépasse son environnement.

Ce n'est pas une pitrerie de ma part que de ramener à cette table de l'humanité     Greta Thunberg  .
Sa question autour de laquelle elle mobilise les jeunes de toute la planète simultanément est ni plus ni moins que la poursuite de l'histoire de l'humanité dans l'environnement qu'il a restreint par sa seule faute.
Pour les Vikings l'environnement n'était jamais autre chose qu'une conquête qui augmentait leurs propres dimensions à chaque pas.
Pour Greta Thunberg et FFF - Fridays For Future et Youth for Climate, l'environnement est la défaite de l'Homme. Et l'ultime défaite.
Mais Greta Thunberg comme les Vikings voit plus loin et est l'initiatrice d'un nouveau langage qui offre, pour sa part, le décalage utile et nécessaire
pour commencer le colmatage de la folie humaine dans sa cavalcade en direction de l'anthropisation définitive de la moindre des poussières de notre terre.
Les Vikings avaient, eux, encore la chance de marcher sur du sable et de la terre.
 

Il est évident que toute démarche de l'Homme se résume et s'amplifie dans sa conversation avec la mort et sa disparition
qui le force à laisser ses traces et à tout modifier sur son passage dans le cadre qu'il s'est donné de son absence, de sa présence et des mondes intermédiaires.
L'Homme c'est fait pour ça. Il surfe sur les possibilités de sa pérennité. Il ne sait rien faire d'autre et n'en a pas les moyens, ni la volonté, ni le cadre mental.

L'Homme n'est que dystopique, mais à la différence de l'acception que l'on a de ce mot, il n'est pas une fiction dépeignant une société imaginaire.
Par contre sa société est organisée de telle façon qu'elle s'empêche d'atteindre le bonheur collectif. Ainsi l'anthropique est lui-même par son essence dystopique et destructeur.

Sur cette pierre vous voyez une ligne horizontale qui sépare le ciel du monde sous-terre de la profondeur et de l'ombre. Exactement sur cette ligne pousse au milieu un arbre et ses racines sont représentées sous la ligne du monde. Au dessus de la ligne vous avez à droite et à gauche le soleil levant et le soleil couchant. Exactement en haut au milieu vous avez le soleil au plus haut, au zénith.

Il est stupéfiant de noter cette représentation picturale qui, elle aussi, n'est qu'une projection mentale, car dans les pays nordiques le soleil ne peut jamais arriver au zénith et les azimuts sont toujours bien pincés.

Comme double cap-nordier à vélo à traction animale je m'étonne que le soleil soit représenté au zénith car même à Gotland le soleil ne l'atteint jamais et de loin. Il reste bas même en été, et le reste de l'année il mélange aurore et crépuscule  de manière totale ou variable.

Voilà donc encore ici une idéalisation qui fabrique un schéma mental et qui fait de midi, l'attraction intangible vers le sommet extrême. Nous voyons donc la mixité entre désir, représentation et réalité physique inaliénable. A partir de ce moment vous n'avez plus besoin de lire Jean-Paul Sartre pour accepter que tout langage n'est qu'un jardinage phénoménologique instable entre signifiant et signifié. On ne peut alors même plus s'imaginer que le langage est une stabilisation, il n'est qu'une tentative à percevoir et à mettre du bruit et des signes sur des émotions.

Sous la ligne des mondes de ce monolithe vous avez le bateau des ténèbres. Il ne se meut pas par la chance, il a le cap sur la droite du côté où dans le monde du ciel le soleil se lève. Espoir, acte, aboutissement, langage. Ces insignes de la démarche mentale sont des trésors de l'humanité.

-------

J'estime que sur mes 77 postings celui-ci est le meilleur de cette expédition septentrionale d'automne et qui densifie clairement ce que je vous explique de billet en billet depuis Helsinki, à savoir mon voyage au trou du langage au sein du tapis roulant de l'anthropisation qui est aussi celui de toute mon existence de 66 ans dans 1 mois environ.

Et voici d'autres stenar, d'autres pierres (à  prononcer stii-eunar).

------------

Pour l'instant mon problème est dental. Je viens de perdre une couronne. J'espère que je n'aurai pas une infection. Ce soir je suis sur le continent à Oskarshamn et je vais voir demain une tandklinik et décommander ma réservation de Kalmar.

 

.

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet