Wassily Kandinsky et Paul Klee: Meisterhaus

 

La Maison de Maître de Kandinsky et de Klee construite par Walter Gropius est faite de deux maisons symétriques accolées.

Elles ont trois étages et hormis l'atelier qui est chaque fois assez grand,
il n'y a que de nombreuses petites pièces strictement minuscules
qui communiquent entre elles et avec les minuscules couloirs par au moins une porte, sinon trois.

A vivre là dedans c'est se prendre à chaque fois le nez dans une porte dès que l'on bouge.
Il y a aussi des pièces sans fenêtres et le tout me paraît lugubre.
Il faut parfois garder une porte ouverte pour que la lumière rentre dans la pièce. Cette porte est alors un encombrant.
En fait toutes les portes encombrent.

Cet habitat doit être fonctionnel.

On est très loin par exemple des villas organiques du suédois Gert Windgårdh qui intègrent l'air à la lumière dans ses constructions dans lesquelles on respire.
Dans les Meisterhaüser on étouffe. Transposé dans le contexte des années 20 c'était une ouverture de ce qui était avant une boîte de conserve appelée maison.
Mais à mon avis on doit vite devenir cinglé à y habiter, car l'extérieur pur, purifié, et qui promet,
contraste avec les suites et empilements de cubes de l'intérieur qui n'est pratique que dans l'atelier.

Il n'y a pas de salle à manger ni de séjour, mais un clapier.
Vous voyez bien sur les photos, sauf dans l'atelier, il n'est jamais possible de prendre du recul.

Dès que le ciel est un peu couvert où en fonction de l'orientation du soleil, les minuscules pièces ou l'atelier sont vites sombres.

De l'atelier de Kandinsky on voit un fenêtre de chez Paul Klee. Le système multiple d'ouverture des carreaux ne permet pas une isolation thermique. Ce n'est que du simple vitrage.

Dès que l'on met déjà un petit mobilier dans ces minuscules pièces on trébuche dessus car l'espace est vite occupé. Si on accroche au mur un tableau il n'y a même plus de place pour une petite armoire ou une table.

La visite se fait plus vite qu'avec un agent immobilier, on a surtout envie de déguerpir. A l'entrée l'homme qui scannait les tickets à code-barres était fier de m'annoncer qu'il y a eu pour le seul mois d'octobre 15.000 visiteurs. Il m'avait dit ceci car je lui avais dit, presque en m'excusant, que ne nous venons et ne partons que comme des souris. Et plus il voulait me dire quelque chose, plus je voulais fuir. J'ai fui. Être gardien de cubes ça doit faire tourner en rond.

D'une fenêtre de chez Paul Klee on voit l'atelier de Wassily Kandinsky.

En résumé ces Maisons de Maître font cité universitaire où l'on n'a envie que d'être de passage pour une courte durée. En réalité beaucoup d'artistes s'y sont succédés, on n'y retient pour celle-ci que Kandinsky et Klee.

Partage

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet