Mot-clé - Loi Sécurité Globale

Fil des billets - Fil des commentaires

1. novembre 2020

Incursion dans les ténèbres dans les Alpes de Provence - Le tournage du film "Le Septième Sceau" a pris fin - De är döden, ils sont la mort - Loi "Sécurité Globale"

-Post optimisé pour écran 16/9   - Finalisation du 24-11-2020 à 16:59

En ces temps-ci où le fascisme élégant sans uniforme, ni camps, ni fusil s'installe de plus en plus concrètement dans nos pays, j'ai eu envie cette fois-ci d'écrire ici en ce 1er Novembre, à la veille de ce jour du recueillement du 2 Novembre, un billet d'humeur. Saviez-vous que, selon les dernières publications du Stockholm International Peace Research Institute - SIPRI,  50% de la production industrielle française servent à l'armement et à alimenter et soutenir les guerres autour de la planète? Tout le monde s'en fout, mais on poétise aussi sur la grandeur de la france, "terre des droits de l'homme et du citoyen", et on se la pète jusqu'au Panthéon avec des discours au sommet quand un attentat sur notre territoire déséquilibre l'honorable certitude de notre pays qui se proclame être indemne de toute barbarie dans son narratif sur lui-même et dans ses affaires courantes. Ladite "liberté d'expression" devrait une fois pour toutes balayer devant notre porte et cesser de perpétuer le mensonge français de ce pays qui se fait passer pour ce qu'il n'est pas et n'a jamais été. Dès 1986 j'avais peint de manière prémonitoire cet implacable retour du fascisme, mais d'un fascisme élégant, celui d'un régime autoritaire permanent comme en France depuis 3 ans, et maintenant avec le Conseil de Défense dont la dérive dans sa mise en œuvre est tout simplement une violation de la Constitution française. Tout comme l'Article 24 de la loi "Sécurité Globale" qui n'a rien à envier aux lois des gouvernements fascistes de Viktor Orbán en Hongrie et du PIS en Pologne qui censurent totalement la presse et les médias et musèlent la Justice. L'article 24 prévoit de pénaliser d'un an de prison et de 45.000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" d'un policier ou d'un gendarme en intervention. Cette disposition est à sens unique car n'importe qui est filmé des centaines de fois par jour par des caméras et même par des drones. La France entre avec élégance dans le fascisme et ne rate jamais la moindre des occasions pour le faire. Même Sarkozy n'est jamais allé aussi loin. S'il n'y avait pas eu les vidéos, il n'y aurait jamais eu le Black Lives Matter et les centaines de révélations sur les centaines d'abus de la police lors des manifestations de Gilets Jaunes, sur l'affaire Benalla, etc. [1]

Et comme dans les pays fascistes de Hongrie avec Viktor Orbán et en Pologne avec le PIS, les journalistes sont obligés d'après la Loi Sécurité Globale de chercher une accréditation pour couvrir les manifestations auprès des autorités de L’État, en France auprès de la Préfecture. Dès 1986, en parallèle à mes peintures prémonitoires sur la Chute du Mur de Berlin comme ci-contre, j'écrivais "le Mur vertical est tombé, le Mur horizontal s'est levé", en pensant à notre hémisphère riche, celle du nord, qui va se barricader contre les phases migratoires venant du sud. A l'époque je ne pensais pas que l'Europe, et ici la France aux côtés de la Hongrie fasciste et de la Pologne fasciste, allait lever un mur intérieur qui organisera depuis le sommet de l’État et depuis sa présidence en personne le séparatisme entre les habitants du pays et ce qui s'est imposé comme autorité de l’État. Rappelons que notre président actuel n'a été mis en place aux élections P&L 2017 qu'avec une majorité de 18% des électeurs inscrits. Mais ça donne des leçons au fasciste Lukaschenka de Biélorussie. C'est vrai, en France le fascisme est tellement plus élégant. Cette obligation d'accréditation des médias auprès de la Préfecture devrait plaire aux 9 patrons qui possèdent 90% de la presse française. L'Article 24 de la Loi Sécurité Globale a été adopté au Parlement français le 20 XI 2020 avec une majorité de 146 contre 24. La Loi Sécurité Globale a été adoptée le 24 XI 2020 par 388 voix pour, 104 contre et 66 abstentions. Le parlement français est donc à 69,5% fasciste. Pour l'extrême resserrement à droite des élections P&L2017 et des européennes du 26 mai 2019 le jour de gloire est arrivé. Souvenez-vous, le Président Macron s'était auto-propulsé au Liban en dénonçant un État corrompu étranger à l’État de Droit. Il avait annoncé vouloir revenir au Liban en septembre pour voir ce pays était redevenu conforme aux principes de L’État de Droit. C'est le Parlement français qui a initié cette Loi Sécurité Globale sur la demande des deux syndicats fascistes et d'extrême droite qui sont majoritaires dans la police française et qui polluent Facebook avec deux réseaux de haine et de haine raciale.

Le Conseil Européen avait adopté le 21 juillet 2020 après 4 jours et 5 nuits de débats très houleux le "Plan européen de Relance" dans une Nuit des Petits Couteaux et à l'unanimité en faveur des régimes fascistes de Hongrie et de Pologne en débrayant aides, subventions et attributions européennes du Principe de Conditionnalité au respect de l’État de Droit et des Garanties européennes des Droits fondamentaux et sociaux. Cette semaine passée le Parlement Européen a réintroduit cette Conditionnalité, et tout en bavardant énormément là-dessus, il l'a édulcoré énormément et ce fait n'a été traité par aucun des médias. Je suis sûr que lors du Conseil Européen du 10 et 11 décembre 2020, le président français actuel va de nouveau s'égosiller contre le chantage du veto de la Hongrie et de la Pologne. Le président français va s'époumoner, à l'image de ce qu'il a fait au Liban cet été et en septembre 2020, pour exiger tout autant en son nom propre cette Conditionnalité qui peut être imposée par la Procédure de l’Article 7 du Traité de l’Union européenne afin de contraindre la Hongrie de Viktor Orbán et la Pologne du PIS à mettre au plus vite tout en œuvre pour recouvrer les valeurs fondatrices et fondamentales de l'Union Européenne et pour revenir à l'État de Droit. Pour rappel >>> voici le Titre 1 et l'Article 2 du Traité de l'Union Européenne: "L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'État de Droit, ainsi que de respect des droits de l'homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l'égalité entre les femmes et les hommes." Ce président français, au service de deux syndicats français fascistes de policiers, aura installé au même moment l'autoritarisme de la Loi Sécurité Globale qui viole l’État de Droit comme en Hongrie et en Pologne.

Au Conseil Européen du 10-11 décembre 2020 les dirigeants de l'UE se réuniront à Bruxelles pour débattre de la poursuite des mesures de coordination liées au Covid-19. Le 12 novembre 2020 le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme de l'ONU a sévèrement rappelé à la Loi le président français Macron: "L’information du public et la publication d’images et d’enregistrements relatifs à des interventions de police sont non seulement essentiels pour le respect du droit à l’information, mais elles sont en outre légitimes dans le cadre du contrôle démocratique des institutions publiques ". En réponse à l'ONU, comme pour toutes les fois précédentes, le gouvernement français ne tombe pas dans le déni et les vociférations comme en Hongrie et en Pologne, le gouvernement français s'en fout et avec élégance ne fait même pas état de ce très grave rappel à la Loi du Haut-Commissariat aux Droits de l'Homme de l'ONU. La France s'offre avec élégance la quotidienneté du fascisme, et les rares petites manifestations contre la Loi Sécurité Globale sont immédiatement réprimées pour dévier l'attention sur des violences dans la rue au lieu de la focaliser sur la violation de l’État de Droit commise par le gouvernement français. Et les habitants de France ne s'en aperçoivent pas ou minimisent à outrance comme à leur habitude.

Note(s)

  1. ^ Cherchez le mot "blâme" dans ce billet.

Lire la suite...

Partage